47b6485c09e3d38758aed192fbe61474.html

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur
la gestion de « Luchon Forme et bien-être »

RÉUSSIR LUCHON EnSEMBLE

Luchon forme et bien-être (LFBE) a été créé en 1980 sous la dénomination « Vitaline ». il avait un double objet :

  • Assurer un traitement spécifique pour les sportifs atteints de handicaps pour leur permettre de récupérer leurs capacités maximales dans leur discipline sportive ;
  • Assurer des prestations de remise en forme pour tous les publics.

Constat :

Seule la remise en forme demeure en raison d’équipements limités (Vaporarium, piscine, douche au jet, bains, musculation, fitness…).

Doté d’un budget de 15 millions d’euros et employant 15 salariés, Luchon « Forme et bien-être » n’a pas su selon les magistrats de la cour des comptes, ni porter de projet innovant, ni proposer d’offre renouvelée afin de préserver son activité et élargir sa clientèle.

La commune, au cours de la période 2011 2017, n’a réalisé aucun investissement qui aurait permis d’attirer une clientèle nouvelle.

De cet état résulte une situation financière dégradée. Luchon « Forme et bien-être » n’est même plus en mesure de s’acquitter de la redevance de 100 000 € en contre partie de la mise à disposition des locaux et d’un certain nombre de moyens logistiques. Elle ne dégage qu’un faible autofinancement et ne peut envisager de porter en propre quelque projet d’investissement. De plus la commune a suspendu le projet de rénovation et d’extension de l’espace bien-être qui pourtant avait fait l’objet d’une modification du Plan Local d’Urbanisme pour engager une réflexion plus globale embrassant l’ensemble des enjeux touristiques de la destination luchonnaise. Elle a même mandaté un prestataire extérieur (Caisse des Dépôts et Consignation) à cet effet et espère attirer des opérateurs privés intéressés par la reprise de l’activité thermale et de bien-être de Luchon.

Ainsi le projet d’extension de l’espace bien-être envisagé en 2016 est aujourd’hui abandonné. Il nécessitait un budget de 9 millions d’euros. Pour porter ce projet la commune envisageait de recourir à des opérateurs privés. Or ces derniers auraient souhaité avoir au préalable une visibilité sur la stratégie touristique globale de la destination Luchon associée à un plan d’action.

En conséquence le maire a lancé le 13 mai 2017 un avis d’appel public à la concurrence pour une étude en 2 phases :

  • Une étude stratégique de la destination Luchon portant un diagnostic global, définissant le potentiel de la destination accompagné d’un plan de développement stratégique pour Luchon.
  • Le positionnement produit et le potentiel commercial du projet thermal et de l’offre de remise en forme à Luchon.

Le 15 juin 2017, 4 offres ont été réceptionnées. Compte tenu de l’ampleur du travail demandé les projets relatifs au bien-être et au thermoludisme ne seront pas mis en œuvre au mieux avant 2019.

A quel horizon le projet sera-t-il finalisé ? On ne sait pas !

De plus les candidats éventuels seront sans doute heureux de voir un casinotier déjà installé dans les thermes Chambert !

Où est la cohérence de tout cela ? Ces études ont un coût élevé, à quoi servent-elles ?

Dysfonctionnements constatés par la chambre régionale des comptes :

Pour « Luchon Forme et Bien-Etre », le produit des entrées au vaporarium et à la piscine constituent l’essentiel de chiffre d’affaire (55%). La régie « Luchon Forme et bien-être » est adossée aux thermes qui lui mettent à disposition son infrastructure technique, sportive et médicale via une convention. Or depuis 2014 « Luchon Forme et bien-être » ne s’acquitte plus de la redevance annuelle de 100 000€ dus à la commune faute de recettes suffisantes et de volonté de développement, les investissements ayant été réalisés au profit d’un hypothétique casino. La régie bénéficie donc d’une subvention en nature de l’établissement thermal.

C’est une des raisons pour laquelle la cour des comptes recommande pour améliorer et simplifier la gestion de fusionner la régie de « Forme et bien-être » avec la régie des thermes.

Luchon  Forme et Bien-Etre est normalement administré par un conseil d’administration qui doit se réunir une fois par trimestre et dirigé par un directeur.

Il a été constaté que le conseil d’administration ne se réunit que de manière intermittente et que le directeur dépend de facto pour la plupart des actes de gestion des décisions prises par le maire qui est président de la régie « Forme et bien-être ».

Ainsi le nombre de réunions annuelles n’est pas respecté. Les règles de quorum nécessaires à la prise de décisions ne sont pas non plus respectées. Aucun procès-verbal ni compte-rendu de ces réunions n’est dressé, aucun rapport d’activité n’est présenté ou produit au conseil d’administration. Il n’existe pas de registre des délibérations. Tous ces éléments n’ont pas facilité le travail de contrôle des magistrats.

L’ordonnateur secondaire de « Luchon Forme et bien-être » est également régisseur ce qui n’est pas légal.

Depuis 2016 le directeur des thermes est également directeur de « Forme et bien-être » mais ne dispose d’aucun objectif écrit à atteindre concernant la gestion de « Forme et bien-être ».

La chambre régionale des comptes a relevé des discordances entre le compte de gestion et le compte administratif même si les montants sont peu significatifs. L’état de l’actif n’est pas exhaustif et ne reprend pas l’intégralité des immobilisations. Aucun inventaire des biens n’a été réalisé. Les immobilisations inscrites dans le bilan ne reflètent pas la réalité patrimoniale de la structure.

Les annexes du compte administratif ne sont que partiellement renseignées ainsi que les états relatifs aux provisions, de plus certaines créances n’ont jamais été recouvrées.

En conséquence la chambre régionale des comptes invite la régie, avant fusion avec la régie des thermes, à procéder à un inventaire physique des biens et à revoir l’état de l’actif.

Pour la chambre régionale des comptes la situation financière de Luchon « Forme et bien-être » affiche :

  • Des performances financières insuffisantes ne lui permettant pas de s’acquitter des charges d’infrastructure, logistique et de maintenance.
  • Un chiffre d’affaire peu dynamique plombé par la forte augmentation des charges de personnel (+40%) en 2016.
  • Une épargne nette limitée qui ne permet aucun investissement significatif.

Le bilan est particulièrement faible en l’absence de patrimoine propre de la structure et d’emprunt à rembourser. Si le fonds de roulement a été reconstitué la trésorerie de Luchon « Forme et bien-être » demeure insuffisante.

Pour la cour des comptes l’équilibre économique général de la régie et sa situation de trésorerie sont fragiles et ne permettent pas d’envisager la réalisation d’un quelconque projet d’investissement.

Au regard de la lecture de ce rapport, il est permis d’être inquiet :

  • Les règles de comptabilité publique ne sont pas suivies ;
  • Aucun tableau de bord ne vient aider au suivi des performances de « Luchon Forme et bien-être » ;
  • Aucun objectif chiffré n’est fixé au directeur et aux salariés de l’établissement ;
  • Le conseil d’administration n’est réuni qu’aléatoirement, les élus n’exerçant semble-t-il aucun contrôle sur le fonctionnement de l’établissement ;
  • Les perspectives d’investissement semblent fort éloignées ce qui ne permettra pas d’engager à court terme le redressement de l’établissement tant espéré par tous les Luchonnais.
  • De plus, la présence d’un casinotier dans les thermes risque de faire réfléchir les investisseurs privés potentiels avant de s’engager.

Absence de rigueur, amateurisme, dilettantisme, bateau ivre livré à lui-même, voilà l’impression laissée par ce rapport !

ÉLECTION MUNICIPALE LUCHON 2020

À lire aussi…

Éric Azémar et son équipe est à l’écoute de toutes les personnes qui souhaitent écrire une nouvelle page ambitieuse et réaliste de l’avenir de Luchon et de son pays.

Analyse de la situation économique de Bagnères de Luchon

RÉUSSIR LUCHON EnSEMBLE   I POPULATION La population de la commune de Bagnères de Luchon (Luchon) est féminine à 54 %, âgée de plus de 60 ans à 48% (contre 28% pour le reste du département). Les habitants de Luchon représentent 15% de la population de la...

L’importance d’une Maison de santé à Luchon

RÉUSSIR LUCHON EnSEMBLE La réflexion est partie du constat que la population médicale de Luchon est vieillissante de même que la population locale dont les besoins de santé augmentent avec l’âge moyen de celle-ci. D’ici 5 ans à 10 ans la plupart des généralistes et...

Budget principal, thermes, assainissement, eau et EPHAD

RÉUSSIR LUCHON EnSEMBLE La commune compte 5 budgets (budget principal, thermes, assainissement, eau et établissement d’hébergement pour les personnes âgées (EPHAD)). Le budget principal de la commune et celui des thermes représentent à eux seuls 90% du total. 1.Le...

Partager sur :

Si vous le souhaitez, partager cet article sur Facebook, Twitter ou par mail en cliquant sur l'un des boutons